Histoire

Histoire

La  » Franche-Comté « , d’où vient ce nom ?

Depuis plus de 400 ans, les historiens restent indécis au sujet des diverses origines de cette appellation. Cela dit, elles ont toutes un fond commun, à savoir la revendication traditionnelle des comtois d’appartenir à une province à la personnalité affirmée, de langue et de culture française.

Une province rebelle

Selon une tradition, à l’époque où la Franche-Comté s’appelait alors le Comté de Bourgogne, le comte Rainaud III (1126-1148) revendiqua l’indépendance du Comté. Il refusa de prêter hommage à l’Empereur d’Allemagne, ce qui lui valu le surnom de « Franc Comte » d’où le nom de Franche-Comté donné à la province.

Francs et libres

Une autre explication fait état de la situation particulière du Comté de Bourgogne face à l’Empire Germanique après son rattachement à ce dernier en 1026. Ne devant que le service militaire à l’Empereur, le Comté restait libre de toutes impositions et gardait sa langue et ses traditions. C’était donc un comté franc et libre, autonomie qui lui aurait valu le nom de Franche-Comté.

L’affirmation française

En 1861, l’historien Auguste Castan précise que le terme écrit de « Franche-Comté » apparaît pour la première fois dans une chartre de 1366 mais sous la forme « France-Comté ». Selon lui, c’est la comtesse Marguerite, alors héritière du Comté de Bourgogne, qui aurait introduit cette expression dans les documents officiels. Marguerite était une princesse française, fille du roi de France Philippe Le Long. Entourée de conseillers français, elle semble avoir voulu affirmer par là que, vis-à-vis de l’Empire germanique qui la convoitait, la région était pour elle en fait et non en droit un comté français. Au XVème siècle, le mot « France-Comté » aurait pris la forme « Franche-Comté » car à cette époque, les actes officiels étaient rédigés aux Flandres où le « c » se prononçait « ch »

Pas comtois pour rien !

Symbole fièrement exposé, le blason régional conserve sa popularité. D’abord figure de résistance, il est aujourd’hui l’emblème comtois par excellence. Sans oublier la fameuse devise historique…

Le lion comtois

Le blason comtois remonte à l’année 1279 avec le plus français des comtes de Bourgogne, Othon IV. En adoptant dans ses armes le lion de Bourgogne au lieu de l’aigle germanique, il exprime sa résistance aux prétentions de l’Allemagne sur le territoire français.
Les armoiries se définissent ainsi : « le grand lion d’or de bourgogne armé et lampassé de gueules, sur champ d’azur parsemé de billettes d’or sans nombre ».

Évolutions et propagation

Au XVIe siècle, le lion fut surmonté d’une couronne de comte et entouré du collier de la toison d’or. Mais cette ornementation n’eut jamais un caractère officiel et chacun reste libre d’en varier les motifs.
Désireux que la Franche-Comté n’oublie pas son passé, Edgar Faure, président du Conseil régional de 1982 à 1988, décida de mettre à disposition de toutes les communes un drapeau orné de la tête du lion. Seule la cité de Besançon, en sa qualité de capitale, porte les armoiries complètes et sans coupure.